Reconversion professionnelle : Devenir agent immobilier

logo reconversion
25/10/19

Vous vous sentez prisonnier de votre emploi actuel ? Votre métier manque de sens ? Vous désirez changer de zone géographique ? Vous recherchez une plus grande autonomie ? Vous souhaitez devenir le principal acteur de votre rémunération ? Vous voulez être plus disponible pour votre famille ? De nombreuses motivations peuvent vous encourager à amorcer une reconversion en qualité d’agent immobilier. Mais la vision que vous avez de cette profession ne doit pas occulter les défis que vous aurez à surmonter. Découvrez nos conseils pour bien amorcer cette nouvelle vie.

Pourquoi se reconvertir dans l’immobilier ?

Selon une étude du site nouvelleviepro.fr, 9 français sur 10 ont envie de changer de vie ou l’ont déjà fait.

28% des personnes interrogées ont franchi le pas de la reconversion, et près de 70% des personnes qui ont changé de vie se sentent plus épanouies.

Mais le changement de vie s’accompagne le plus souvent d’une barrière psychologique, liée notamment au manque d’informations ou d’accompagnement, qui freine même les plus courageux : ainsi, 64% des personnes interrogées hésitent encore à prendre un nouveau départ.

Agent immobilier : un métier à l’image positive

Mise à l’honneur dans des émissions télévisées à forte audience, la profession bénéficie d’un capital sympathie élevé auprès du grand public. De nombreuses motivations peuvent décider certains d’entre vous à passer le cap et oser une reconversion professionnelle.

Le métier d’agent immobilier est porteur de sens. L’acquisition d’un logement est un moment important dans toutes les trajectoires de vie : ce professionnel ne se contente pas de vendre des murs, il offre un lieu où des couples vont s’aimer, où des enfants vont grandir, où des proches vont se retrouver pour partager des instants heureux ou difficiles. Il en va de même dans l’immobilier BtoB, avec une présence à une phase stratégique du lancement d’une activité : le choix d’un local commercial, tertiaire ou encore artisanal, annonce souvent le démarrage effectif de l'aventure entrepreneuriale.

Les contacts humains sont très présents. Un agent immobilier rencontre des propriétaires qui vendent leur bien, des acheteurs potentiels, il échange avec d’autres professionnels comme les notaires. C’est un métier qui laisse la part belle au contact humain, qui renvoie une image de convivialité. Pour trouver les bons acheteurs et vendre une propriété, il faut s’intéresser à chaque client, comprendre au-delà de ses critères ses véritables envies et aspirations.

Chaque jour réserve son lot de surprises. Entre les visites, les rendez-vous, les transactions, les actions de communication, les salons immobiliers, des événements inattendus se produisent régulièrement et viennent pimenter le quotidien. C’est un métier où l’ennui n'a jamais sa place. 

Autonomie et liberté font partie du quotidien de la profession. L’agent immobilier a l’image d’un professionnel autonome, qui organise son emploi du temps comme il le souhaite. Les nombreux rendez-vous sur le terrain parachèvent cette image de liberté. 

Chacun devient l’artisan de sa rémunération. Les commissions sur les transactions permettent des rémunérations potentielles élevées. Les agents immobiliers qui vendent beaucoup sont réputés bien gagner leur vie : un argument qui peut être décisif dans un projet de reconversion !

 

Un secteur accessible et ouvert à de nombreux profils

Mise à l’honneur dans des émissions télévisées à forte audience, la profession bénéficie d’un capital sympathie.

Le secteur de l’immobilier se porte bien et recrute ! Selon la 3ème édition du Real Estate & Urban Employment Monitor, La filière dans son ensemble représente 11% du PIB français est à l’origine de la création d’un emploi sur cinq en France en 2017. Cet essor est lié entre autres aux politiques d’aménagement du territoire dans les grandes villes et aux mesures fiscales incitatives soutenant la construction de projets immobiliers.

85% des acteurs de la filière envisageaient de recruter des commerciaux ou des négociateurs immobiliers en 2019. Cette situation profite aux aspirants agents immobiliers, car de nombreuses agences immobilières, de nombreux administrateurs de biens et promoteurs peinent à développer leurs équipes commerciales fautes de candidats motivés.

Une reconversion et une évolution de carrière rapide deviennent possibles grâce à de nombreuses formations. En effet, selon nouvelleviepro.fr, 55 % des participants envisagent ce changement professionnel et 21% sont en cours de reconversion. Les métiers de l’immobilier sont accessibles à l’aide d’outils pédagogiques flexibles et adaptées à toutes les situations personnelles : cours du soir, formation à distance, formule sur 12 mois… Cette variété d’apprentissages permet d’amorcer en douceur un changement de vie ou une évolution de carrière. 


Agent ou négociateur immobilier : comprendre les enjeux

La profession d’agent immobilier, parfois idéalisée, fait rêver de nombreuses personnes en quête de reconversion. Mais parmi les nombreux candidats à cette nouvelle trajectoire professionnelle, certains échouent par manque de préparation et de connaissance des réels enjeux. Seule une préparation méticuleuse permet de s’épanouir sur le long terme dans le secteur immobilier.

Les statuts possibles pour une reconversion dans l’immobilier

En théorie, trois options permettent aux professionnels en reconversion d’embrasser le métier d’agent immobilier : 

  • Être salarié par une agence immobilière
  • Exercer en tant qu’indépendant en agence
  • Exercer en tant qu’indépendant dans un réseau de mandataires

Dans les faits, la répartition des postes proposés est assez équilibrée entre les 3 statuts.

S’il est vrai que dans le cadre d’une reconversion professionnelle, le statut de salarié est plébiscité, car mieux compris et correspondant aux expériences passées, les autres statuts présentent chacun leur avantage.

Le statut de salarié assurera un CDI, avec des fiches de paie, et une rémunération composée d’une partie fixe et de commissions liées à la réalisation des ventes par le négociateur. Le salarié évolue en général dans une agence avec des normes et le pouvoir de direction de l’employeur est évidemment prépondérant, même si le métier de négociateur reste un métier disposant d’une grande autonomie.

À l’inverse, l’agent commercial indépendant ne dispose pas de contrat de travail, mais d’un contrat spécifique, qui, malgré la croyance collective, ne peut pas être rompu à la seule initiative de l’employeur, du moins, sans indemnité. Dans ce régime, l’agent commercial profite des moyens mis en œuvre par l’agence, mais ne dispose pas de salaire. Par contre, les commissions qu’il percevra seront nettement plus élevées que celles d’un négociateur salarié.

Enfin le mandataire est également un indépendant qui dépend d’un réseau de mandataires. Dans ce cas, pas d’agence sur laquelle s’appuyer. Le mandataire travaille globalement seul, et peut travailler depuis chez lui, ce qui lui procure une parfaite liberté. Le mandataire doit payer une redevance à son réseau chaque mois et perçoit directement les commissions de ses clients, dont il reverse un pourcentage à son réseau.

Il est donc primordial de bien réfléchir au statut qui vous convient le mieux avant d’envisager votre reconversion. 

Compétences techniques et comportementales requises

Vous avez pris la décision de vous reconvertir. Mais avez-vous les connaissances et les qualités requises pour réussir dans cette voie ? Vous pouvez commencer par dresser un bilan de vos compétences.

Les compétences commerciales et techniques

Le métier de négociateur immobilier est un métier qui recouvre de nombreuses compétences : commercial (échanges avec les clients et vente), technique (bâtiment et équipements), financier (budgets), urbanisme (permis de construire, PLU, …) juridique (copropriété). 

Au premier abord, cela peut faire peur, car on se dit que sans expertise, il est difficile de devenir un bon agent immobilier. Mais rassurez-vous, si vous devez avoir des notions dans chacun de ces domaines, on ne vous demande pas d’être à la fois notaire, ingénieur, juriste et fiscaliste, évidemment. Votre futur employeur aura pour mission de vous transmettre des notions dans ces domaines, afin que vos clients soient conseillés au mieux. Et votre expérience fera le reste.

Mais en réalité, ce qui va garantir votre réussite dans ce nouveau métier, ce sont vos compétences personnelles. 

Les compétences comportementales 

Les soft skills, ou compétences comportementales, sont des qualités intrinsèques enrichies par vos expériences passées. Elles peuvent parfois faire la différence.

Les qualités suivantes sont primordiales pour réussir dans le métier de négociateur immobilier : 

  • Le relationnel est essentiel vis-à-vis de vos clients. Vous devez être en mesure de vous adapter à chaque situation, de comprendre les besoins de vos clients, et de vous projeter dans leurs envies, et leurs craintes ;
  • Une grosse puissance de travail est indispensable pour réussir dans ce métier. On entend trop souvent que l’agent immobilier gagne très bien sa vie, et ce sans rien faire. C’est absolument FAUX. Certes un négociateur pourra très bien gagner sa vie, et certainement bien mieux que dans sa vie passée. Mais pour cela il ne comptera pas ses heures. Le talent ne suffit donc pas.
  • Comme nous l’avons vu dans le paragraphe précédent, un négociateur immobilier va toucher à beaucoup de compétences différentes. Il doit donc être en mesure d’appréhender ces nouvelles compétences, en démontrant une vraie curiosité et une véritable capacité d’adaptation
  • Enfin, la résistance au stress est essentielle. Un agent commercial immobilier peut ne réaliser aucune vente pendant plusieurs mois : il ne doit alors pas succomber au stress et à la fébrilité et doit demeurer concentré.

Faites-vous conseiller et accompagner en amont

Les nombreux conseils postés sur Recrutimmo et sur les autres sites spécialisés en immobilier peuvent vous aider à mieux appréhender les contours et les réalités de ce métier.

En fonction de votre situation personnelle, vous pouvez aussi vous renseigner auprès de Pôle Emploi ou du Fongecif sur les aides disponibles. Peut-être pouvez-vous bénéficier d’un accompagnement personnalisé ? D’une formation ? D’une aide financière ? Il existe plusieurs organismes susceptibles de financer une partie, voire même la totalité de votre formation :

  • AFPA  
  • OPCA  
  • Conseil régional 

Chaque année, des budgets sont alloués à des organismes de formations en fonction des secteurs d’activités qui recrutent. Il est donc judicieux de les contacter pour connaître l’évolution des subventions ainsi que les instituts de formation bénéficiaires. Si cela correspond à vos objectifs, il vous faudra déposer un dossier de candidature qui sera soumis à une commission.

Si toutefois, aucun budget ne vous est octroyé et que vous envisagez de financer vous-même votre formation, sachez que vous pouvez utiliser votre CPF pour la formation de votre choix. Afin d’amortir votre dépense, il vous est également possible de déclarer dans vos frais réels une déduction d’impôts du montant de votre formation.

Sélectionnez la bonne agence ou le bon réseau de mandataires

Vous êtes nouveau dans le métier ? Choisissez une agence immobilière ou un réseau de mandataires qui vous accompagne durant les premiers mois de votre reconversion. Soyez attentif aux formations proposées à l’entrée, à la qualité du manager que vous aurez pour vous accompagner.

Des formations internes, un mentorat, des conseils pratiques vous aideront à acquérir les compétences qui vous manquent et participeront à votre réussite.

Vous vous sentez prêt à franchir le pas ? Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bonne chance dans votre nouvelle vie professionnelle ! Déposez votre CV sur Recrutimmo dès aujourd’hui.