Maître d'ouvrage : profil de leader exigé !

bonhomme avec maison
13/05/19

Au sein du Groupe ARTELIA, Gilles thierry, Responsable de la maîtrise d’ouvrage, coordonne, à la demande de clients comme des banques, des assurances, ou des groupes financiers investissant une partie de leurs actifs dans l’immobilier, des chantiers de rénovation, de construction ou de valorisation d’actifs. Gros plan sur ses activités et sur ses exigences lors du recrutement de nouveaux collaborateurs.

Pouvez-vous nous présenter rapidement ARTELIA et ses différentes activités ?

ARTELIA est un groupe qui emploie 4 000 personnes dans des domaines aussi variés que l’ingéniérie, les prestations de services dans la construction, le développement durable, les infrastructures, les transports… Dans ce contexte, j’interviens tout particulièrement dans l’activité “immobilier” et dans les métiers de la maitrise d’ouvrage. Ces derniers sont très spécifiques, car ils ne s’adressent pas aux promoteurs, mais principalement aux investisseurs, aux propriétaires de patrimoines, et aux utilisateurs. Je dirige la Busuness Unit “Services à l’immobilier”, comportant une cinquantaine de personnes. Nos missions sont des missions d’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage et d’ouvrage délégué. 

Quelles sont les principales attentes de vos clients ?

Aujourd’hui, les modes de travail évoluent énormément. Ils exigent davantage de flexibilité. Ainsi, le recours aux espaces partagés ou au télé-travail est devenu fréquent. En ce moment, de nombreux propriétaires réaménagent complétement leur patrimoine. Ceux qui possédaient des immeubles d’habitation souhaitent les transformer en bureaux, aménagés pour répondre à ces nouvelles exigences, ou en hôtels, l’offre actuelle n’étant de toute évidence par encore suffisante à Paris. ARTELIA intervient alors pour établir des études de faisabilité pour chaque opération de réhabilitation. L’objectif étant de pouvoir dire si le changement de destination de l’immeuble est techniquement envisageable, dans le respect de la réglementation et du Code de l’Urbanisme. Il est enfin important de savoir que nous n’intervenons pas sur l’analyse de la rentabilité financière de l’opération, qui reste du domaine des financiers. Nous nous concentrons sur l’aspect technique et réglementaire de chaque projet.

Selon vous, pourquoi de plus en plus de propriétaires font appel à des groupes comme ARTELIA ?

Le métier de maître d’ouvrage est en pleine évolution, et cela au moins pour deux raisons. La première est que nos clients sont de moins en moins structurés en interne pour pouvoir réaliser le suivi de leurs propres opérations. L’externalisation de ces missions s’impose donc comme une nécessité. La seconde est conjoncturelle. Nous évoluons dans un monde de plus en plus complexe par rapport à ce qu’il était il y a vingt ou trente ans. Aujourd’hui, il y a de plus en plus de normes environnementales, mais aussi relatives à la protection des biens et des personnes… Tous ces sujets sont très complexes à appréhender pour des entreprises qui ne sont pas dans l’immobilier ou qui ne peuvent recruter en interne les compétences idoines. C’est la raison pour laquelle ils font appel à ARTELIA, qui recense des experts dans tous les domaines de l’immobilier, à savoir la dimension technique, environnementale, la gestion de projet en BIM…

Concrètement, quels métiers gérez-vous ?

La maitrise d’ouvrage comprend classiquement deux types de métiers : les métiers “amont” et les métiers dits “en phase projet”. Pour ce qui concerne les métiers “amont”, il s’agit d’intervenir le plus tôt possible auprès de nos clients, alors que ces derniers sont encore en phase de projet sur la nature de la réhabilitation d’un immeuble. Nos missions sont alors dites de “due diligence”, c’est-à-dire des études de faisabilité et de diagnostics. Nous pouvons aussi accompagner un investisseur dans l’achat d’un bâtiment. Le projet se définit alors de concert, en fonction de ses nouveaux usages et de ses besoins. 

Quant à la “phase projet”, nous intervenons lorsque ce dernier est déjà défini, en rénovation ou en construction. Nous assurons alors les missions d’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage et de maitrise d’ouvrage déléguée. Mais nous pouvons également prodiguer des conseils aux investisseurs lorsque nous sommes en présence d’un client investisseur, comme une banque ou un assureur, et qui désire investir en VEFA. Ces métiers, moins opérationnels, sont également proposés par ARTELIA.

Quelles études faut-il faire pour travailler dans vos équipes ?

Qu’ils exercent des métiers “amont” ou “aval”, les formations restent globalement les mêmes. Ainsi, deux types de profils sont particulièrement recherchés : celui d’ingénieur et celui d’architecte. Un ingénieur aura la plupart du temps fait une grande école, comme l’ESTP, soit d’autres écoles d’ingénieurs, comme l’UTC de Beauvais, les Mines ou Centrale. Pour le profil architecte, la plupart a déjà travaillé quatre ou cinq ans en cabinet, mais les candidats que nous recrutons se sont aperçu qu’ils n’avaient pas la fibre “architecturale”, mais davantage celle du “Management de projet”. C’est pourquoi ils se dirigent vers l’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage. Dans les deux cas, une base de connaissances techniques s’avère indispensable pour prétendre exercer ce type de métiers. Même certains collaborateurs ayant un profil commercial ou juridique, par exemple, donc ne disposant pas à l’embauche de compétences techniques orientées “métiers”, devront acquérir un “socle commun” pour espérer évoluer au sein du Groupe. Enfin, j’avoue avoir un a priori très positif pour les profils ingénieurs ou architectes ayant complété leur formation par un Master en immobilier (dispensé à la Sorbonne, Paris Dauphine, ESTP….). En effet, cette formation en un an permet d’acquérir non seulement les bases techniques indispensables, mais aussi une hauteur d’esprit par rapport à notre métier. Les candidats ayant suivi cette formation possèdent une connaissance fine des enjeux que revêt l’immobilier pour les investisseurs et portent un autre regard sur le projet. C’est aussi la raison pour laquelle on les retrouve souvent chez les promoteurs immobiliers.

Si vous ne deviez retenir qu’une seule qualité pour exercer un métier dans l’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage, quelle serait-elle ?

Sans aucune hésitation, je dirai que le candidat doit avoir une personnalité de leader. Il faut qu’il soit doté d’une forme d’autorité naturelle que les autres identifient immédiatement, de manière à ce que ses ordres ne soient jamais remis en cause. En effet, si la relation humaine envers le client est bien sûr primordiale, elle l’est tout autant lorsqu’il s’agit de gérer un chantier, d’orchestrer des savoir-faire et de manager une équipe constituée en mode projet. J’ai déjà connu des personnes n’étant pas spontanément douées pour gérer une équipe : elles n’ont pas réussi à s’épanouir dans ce type de métier. Ainsi, au-delà de la formation, le caractère est un élément prégnant pour qui veut faire carrière dans ce secteur.