La baisse de l’immobilier une tendance inéluctable

Baisse des prix
28/09/18

En 2013, les chiffres relatifs à l’immobilier ont confirmé une baisse des prix de ce marché. Est-ce que cette diminution a-t-elle vraiment été importante ?
Selon le bilan effectué sur l’année 2012, on a pu constater que les prix de l’immobilier ont chuté puisque les notaires ont recensé une baisse moyenne des marchés de 1,5 % dans l’Hexagone. À Paris, la diminution était de 1 %, 1,9 % de décroissance en province, 0,4 % dans la petite couronne francilienne et seulement 0,1 % en grande couronne.

Une accentuation de la baisse en 2013

En vérifiant les résultats obtenus lors du premier trimestre, on peut remarquer que le marché de l’immobilier risque de diminuer de manière importante.

En comparant les chiffres par rapport au dernier trimestre de 2012 on remarque que les prix de l’immobilier au m² ont diminué de 2 %. Le coût dans la région parisienne a chuté entre 3 à 10 % selon les endroits alors qu’une baisse moyenne de 1 % est relevée à Paris. Le marché de l’immobilier dans certaines zones rurales qui enregistrent des baisses record atteignant jusqu’à 20 % provoque une moins-value chez les vendeurs. La baisse moyenne recensée en région est de 4 %.

Selon le président de Laforêt, Elix Rizkallah, la diminution du marché immobilier risque de se poursuivre. D’ailleurs conformément à ses prévisions la baisse moyenne a atteint 5 % au cours de l’année 2013.

Cette situation incite les acheteurs à la recherche de bonnes affaires d’être particulièrement attentifs dans la négociation des prix. L’ajout de la réduction des taux d’emprunt immobilier est également un indice permettant de se renseigner sur l’évolution de ce marché. La prudence des acheteurs sur la baisse de l’immobilier se traduit par le fait qu’au cours des 3 premiers mois de l’année 2013, l’achat des biens immobiliers au niveau national a réduit de 12 %.