Immobilier : la guerre des mandataires

Immobilier : la guerre des mandataires
05/10/17

Depuis les années 2000, les agences immobilières classiques ont vu poindre sur le marché un nouveau concurrent, le mandataire immobilier. Ce modèle low cost d’agent immobilier perturbe les affaires des professionnels qui tiennent une agence ayant pignon sur rue. Jugés par certains comme une concurrence déloyale, les mandataires immobiliers réalisent 13 à 15% des transactions.

Dans le domaine immobilier, le mandataire peut se définir comme un travailleur indépendant qui travaille depuis son domicile avec son téléphone portable et son ordinateur pour concrétiser des transactions immobilières. Même si les offres d’emploi pour agent immobilier restent nombreuses, le métier de mandataire immobilier ne cesse de se développer au détriment des agences immobilières classiques. En 2017, leur nombre est estimé à 16 000, qui se répartissent entre une centaine de réseaux dont certains comptent plus de 1000 conseillers indépendants. Les mandataires réalisent 13 à 15% des ventes immobilières soit 120 à 135 000 transactions en une année. Les agents immobiliers livrent une guerre sans merci aux mandataires indépendants qu’ils considèrent comme une forme de concurrence déloyale.

Le métier de mandataire est ouvert à tous et grâce à la pratique de la délégation de la carte professionnelle immobilière, obligatoire pour l'exercice de la profession d'agence immobilier, le réseau peut employer un nombre illimité de mandataires immobiliers, sans contrainte géographique. Ces derniers peuvent bénéficier de la formation et de l’accompagnement du réseau auquel ils ont adhéré. Contrairement aux agences immobilières, ils ne disposent d'aucun frais de locaux, ni de gestion ou de personnel puisque chaque mandataire travaille depuis son domicile. Des milliers d’annonces immobilières sont diffusées au quotidien et le mandataire qui réalise la transaction touche des commissions variant de 50% à 100% sur le montant perçu par le réseau ce qui pratiquement représente quasiment le double d’une agence immobilière classique. Mais il ne dispose pas des infrastructures de cette agence locale, ni de sa notoriété qui reste un éléments essentiel pour les clients quand vient le choix de son conseiller immobilier.

Il faut tout de même relever que les mandataires immobiliers doivent verser des frais mensuels à l'entrée puis mensuellement pour disposer des moyens du réseau auquel ils ont adhéré. Ces versements peuvent atteindre entre 200 à 500 euros mensuels forfaitairement. Autrement dit il faut payer pour pouvoir travailler. Un mandataire qui ne réalise peu ou pas de transactions devra tout de même verser sa cotisation mensuelle ce qui signifie que les rentrées financières en « frais d’affiliation » sont substantielles pour le réseau.

Les offres d’emploi pour devenir agent immobilier exigent souvent un niveau Bac+2 ou 3. Pour devenir mandataire immobilier, aucun diplôme particulier n’est demandé au candidat car il a le statut d’indépendant et sa réussite dépend surtout de ses aptitudes personnelles à réussir une transaction immobilière.