Comment bien choisir ses locaux professionnels ?

bureaux
25/06/19

Freelance, innovateurs, consultants, salariés… il n’est pas toujours simple de trouver un lieu d’exercice compatible avec ses activités et ressources. Gros plan sur toutes les solutions.

Pour les porteurs de projets : voir “petit” mais efficace

 

Pour les créateurs d‘entreprises (ou en phase de l’être), louer des locaux dans une pépinière ou dans une couveuse d’entreprises peut être une décision judicieuse. Pourquoi ? Parce que ces bureaux, généralement loués pour une somme relativement modique (entre 200 et 500 euros en moyenne, selon la ville et la superficie) peuvent être un lieu de rencontre entre jeunes créateurs. On peut y créer un réseau fort utile pour la suite de ses activités. Par ailleurs, l’entrepreneur y bénéficie de conseils personnalisés et dispose des services comme un secrétariat, un standard téléphonique, un accès Internet souvent compris dans le prix du loyer.

 

Ainsi, une pépinière d’entreprise propose des bureaux à la location pour une durée maximale de cinq ans. En couveuse, les entrepreneurs sont en général titulaires d’un CDD ou stagiaires bénéficiant d’un salaire sur activité. Des bureaux leur sont proposés pour une durée d’un an (renouvelable une fois) dans le cadre d’un contrat d’appui au projet d’entreprise (Cape).

 

Pour les innovateurs : l’incubateur, une solution dédiée

 

Outre les même services que les pépinières et couveuses (standard, réseau Internet, photocopieuses…), les innovateurs hébergés en couveuse ont la possibilité de bénéficier d’expertises spécifiques de partenaires privés, publics, économiques.. de manière à tester leurs projets et se créer un réseau.

 

Pour les entrepreneurs ayant déjà des perspectives d’avenir : le bail commercial

 

Spécialement adapté aux entrepreneurs déjà en phase de développement et pouvant se projeter à trois ans, le bail commercial (aussi appelé 3/6/9) représente certainement la meilleure option. Il est particulièrement recommandé pour les personnes souhaitant exploiter un fonds de commerce, mais d’autres professions, recherchant la stabilité, peuvent être intéressées par ce type de bail. En effet, selon l’article L145-12 du Code du commerce, la durée du bail renouvelé est de trois ans, sauf accord des parties pour une durée plus longue”. Le bail est ainsi conclu pour une durée minimale de trois ans, renouvelable 2 fois. Le locataire peut toutefois décider de quitter les lieux en respectant un préavis de six mois.

 

Pour les freelances ou les entrepreneurs débutants : le coworking

 

Victimes de leurs succès, les espaces de co-working (littéralement les espaces de “travail en commun”) proposent à des entrepreneurs, des startupers, des consultants, des travailleurs indépendants… des espaces de collaboration, qui peuvent se situer, non seulement dans des bureaux mis en location, mais aussi dans des cafés, des restaurants… Ces espaces, flexibles par nature, proposent, non seulement également la possibilité de créer et d’enrichir son réseau professionnel, mais aussi d’accéder à de nombreux équipements : bureau, Internet, copieuses… Avec les prix de l’immobilier (surtout de l’immobilier d’entreprise) toujours croissant, le coworking intéresse aujourd’hui aussi d’autres catégories de professionnels, et notamment des salariés de TPE/PME, attirées par sa flexibilité et désireuses de contrôler leur croissance.

 

Pour les professions libérales : le travail à domicile ou le bail professionnel

 

Le travail à domicile

Si vous exercez une activité globalement silencieuse et qui ne gène pas la quiétude de vos voisins, vous pouvez parfaitement exercer votre activité professionnelle à votre domicile. Si vous êtes locataire, votre propriétaire doit être informé de vos activités et votre contrat de bail ne doit pas comporter de clause interdisant toute forme d’activité professionnelle à domicile. Si vous êtes propriétaire, votre activité doit respecter les régles de la copropriété et s’inscrire dans les périmètres urbains. Quelle que soit votre situation, n’oubliez pas de souscrire une assurance responsabilité civile adaptée à votre profession et protégeant votre domicile.

Sachez que si vous avez opté pour le régime d’imposition dit “au réel”, vous avez la possibilité de déduire de vos impôts le montant du loyer de votre résidence correspondant à l’espace occupé par votre société. Ainsi, par exemple, si vous louez à Paris un 80 m2 pour un loyer de 1800 euros et que vous occupez 18 m2 pour exercer votre activité professionnelle, vous pouvez déduire 405 euros de vos impôts, correspondant au loyer des 18 m2. Par ailleurs, vous avez également la possibilité de déduire toutes les charges liées à votre exercice professionnel. Cette déduction se calcule au forfait si vous êtes placé sous le régime de la microentreprise. Si vous êtes propriétaire, vous devrez déclarer votre loyer d’entreprise comme revenus fonciers.

 

Le bail professionnel

En tant que professionnel libéral ou indépendant, vous avez également la possibilité de signer un bail professionnel, plus souple que le bail commercial car vous laissant la possibilité de quitter les locaux quand vous le souhaitez, vous réserve de respecter un préavis de six mois. Revers de la médaille : cette flexibilité s’applique également au propriétaire qui peut aussi, quand il le souhaite, vous demander de quitter les lieux, en respectant également le même préavis. En général, le bail est conclu pour une durée de 6 ans. Il peut cependant être conclu pour une durée supérieure, auquel cas cette mention devra figurer explicitement dans le contrat de bail. Attention. Si la durée est de 12 ans ou plus, le contrat de bail devra être signé chez un notaire.

 

Enfin, si vous hésitez entre travailler à votre domicile ou louer un bureau en signant un bail professionnel, il convient d’intégrer à votre réflexion des données importantes, comme l’emplacement du local, l’adresse, sa proximité des transports en commun ou des dessertes routières, des commerces… qui sont autant d’atouts de poids, notamment si vous recevez une clientèle, ou si vous employez (ou souhaitez employer) du personnel.