Combien coûte un recrutement raté ?

Taxe sur la plus value immobilière
Tout ce qu’il faut savoir sur : La taxe sur la plus value immobilière
octobre 26, 2016
Management immobilière
Réinventer le management de l’immobilier
mars 17, 2017

Combien coûte un recrutement raté ?

Le coût d'un recrutement raté

C’est la crainte de la plupart des chefs d’entreprise : combien coûte un recrutement raté ? Soit parce que le candidat ne correspond pas au poste proposé ou à l’entreprise, soit parce que le poste ou l’entreprise ne correspond pas au candidat.

Tous les spécialistes s’accordent pour estimer qu’un tel recrutement  a un coût minimum de 20.000 € (ce coût pouvant dépasser les 50.000 € à 100.000 €) pour certains postes).

Ce coût est évalué en tenant compte du coût du recrutement, de la période d’intégration et de formation, du salaire et des charges associées, des éventuels frais de rupture, du Chiffre d’Affaires non gagné voire perdu, de l’image de l’entreprise qui a pu se dégrader, de la vacance du poste concerné avant le recrutement suivant, …

Quels sont les moyens d’éviter un recrutement raté, ou à défaut d’en limiter les effets ? Les conseils qui vont suivre ne sont qu’un échantillon des solutions disponibles, mais tous permettent d’augmenter la probabilité de réussir son recrutement.

Dans tous les cas, retenez ceci : en cas de doute sur un candidat, ne prenez pas le risque de le recruter. Prenez plus de temps pour trouver la perle rare.

  1. Se donner du choix et ne pas attendre les candidatures : prenez des initiatives en disposant d’une cvthèque à jour. De cette manière, vous pourrez toucher des candidats en recherche active mais également des candidats en poste ;
  2. Rédiger avec soin son annonce : l’annonce d’emploi est votre vitrine. Votre annonce doit être précise, complète et renvoyer une image positive de votre entreprise et du poste proposé. Ainsi, vous attirerez les meilleurs candidats.
  3. Etre réactif : lors de la réception d’un CV, ou lors du dépôt d’un nouveau CV dans votre CVthèque, n’attendez pas et contactez le candidat le plus vite possible. Le marché du travail est particulièrement concurrentiel et un bon candidat peut vite vous filer entre les doigts.
  4. Professionnaliser son recrutement :
    1. Lors de l’entretien : posez des questions à votre candidat et prenez le temps d’écouter ses réponses ; vous allez passer beaucoup de temps avec votre futur collaborateur au cours des prochaines années, cela mérite d’y accorder un peu de temps lors de cet entretien. Un bon entretien de recrutement dure entre 1 heure et 1 heure 30 ;
    2. Multipliez les entretiens : plusieurs avis valent mieux qu’un. Faites rencontrer votre candidat par d’autres personnes de l’entreprise : autre supérieur ou futurs collègues en qui vous avez confiance. Cela vous permettra de transmettre une image réelle de votre entreprise et surtout de bénéficier d’avis complémentaires, avec des filtres différents du vôtre ;
    3. Se doter d’outils d’aide à la décision : de nombreux tests permettent de mettre en avant des traits comportementaux du candidats et ses aptitudes professionnelles. Les tests suivants sont particulièrement adaptés aux métiers des agences immobilières, notamment en transaction : Test des capacités à la négociation (NEGO) et l’Inventaire de Personnalité des Vendeurs (IPV). Ces tests ne sont pas là pour vous apporter des vérités sur les candidats, mais pour mettre en évidence des traits du candidat que vous n’auriez pas identifiés.
  5. Se mettre dans une démarche de recrutement permanent : même pendant la période d’intégration, et de manière générale toute l’année, ayez une démarche proactive en recrutement et continuez à recevoir des candidats en entretien. Cela vous permettra d’anticiper les erreurs de casting, qu’elles se révèlent dès l’embauche, ou bien plus tard.

Ces conseils ne vous garantiront pas un recrutement réussi à 100%. Mais ils vous permettront de limiter fortement les risques liés à un mauvais recrutement.

Bons recrutements.

signature-am